Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SEEDS

GRAINES



Well, a great black river a man had found
So he put all his money in a hole in the ground
And sent a big steel arm drivin' down, down, down
Man, now I live on the streets of Houston town

Packed up my wife and kids when winter came along
And we headed down south with just spit and a song
But they said "Sorry son, it's gone gone gone
It's all gone"

Well there's men hunkered down by the railroad tracks
The Elkhorn Special blowin' my hair back
Tents pitched on the highway in the dirty moonlight
And I don't know where I'm gonna sleep tonight

Parked in the lumberyard freezin' our asses off
My kids in the back seat got a graveyard cough
Well, I'm sleepin' up in front with my wife
Billy club tappin' on the windshield in the middle of the night
Says "Move along man, move along"

Well big limousine long, shiny and black
You don't look ahead, you don't look back
How many times can you get up after you've been hit ?
Well I swear if I could spare the spit
I'd lay one on your shiny chrome
And send you on your way back home

So if you're gonna leave your town where the north wind blow
To go on down where that sweet soda river flow
Well you better think twice on it, Jack
You're better off buyin' a shotgun dead off the rack
You ain't gonna find nothin' down here friend
Except seeds blowin' up the highway in the south wind
Movin' on, movin' on
It's gone gone, it's all gone

****

Une formidable rivière noire qu'un homme avait découvert
Il a alors misé tout son argent sur un trou dans cette terre
Et a envoyé un large bras métallique pour forer, forer, forer
Maintenant je vis dans les rues de la ville de Houston

J'ai pris ma femme et mes enfants quand l’hiver est arrivé
Et nous sommes allés vers le sud avec juste de la salive et une chanson
Mais ils ont dit "Désolé, fiston, c’est fini, fini, fini
Tout est fini"

Il y a des hommes accroupis le long des voies ferrées
Le Elkhorn Spécial me décoiffe
Des tentes plantées sur la route sous un clair de lune sale
Et je ne sais pas où je vais dormir ce soir

Garés devant la scierie, à se geler le cul
Mes enfants sur la banquette arrière ont une toux d’outre-tombe
Je dors à l’avant avec ma femme
Une matraque tape sur le pare-brise au milieu de la nuit
Et dit "Dégage mec, dégage"

Une grosse limousine, longue, brillante et noire
Vous ne regardez pas en avant, vous ne regardez pas en arrière
Combien de fois pouvez-vous vous relever après avoir été frappé ?
Je jure que s’il me restait de la salive
Je cracherais sur vos chromes brillants
Et vous renverrais d'où vous venez

Alors, si tu vas quitter ta ville où souffle le vent du nord
Pour aller là où coule cette douce rivière sucrée
Tu ferais mieux d’y réfléchir à deux fois, Jack
Tu ferais mieux d’acheter un fusil prêt à l'emploi
Tu vas rien trouver par ici mon ami
Sauf des graines que le vent du sud balaye le long de la route
Qui s'envolent, s'envolent
C’est fini, tout est fini

****

NOTES

"Voici une chanson qui parle d'aller dans le Sud en passant par le Texas, en passant par le Sud Ouest... Beaucoup de gens de Detroit, du nord du pays, ont fait ce voyage pour trouver du travail dans les champs de pétrole et dans les raffineries. Quand le prix du pétrole a chuté, tout a fermé. Ces gens étaient venus avec toute leur famille et tout ce qu'ils possédaient et n'ont trouvé aucun travail. Ils se sont retrouvés à dormir sur l'autoroute, dans une tente ou dans leur voiture. Le titre de cette chanson, c'est Seeds" (Londres, Angleterre, 04.07.1985)

****

SEEDS


Lu 607 fois