Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

INDEPENDENCE DAY

JOUR DE L'INDÉPENDANCE



Well, Papa go to bed now it's getting late
Nothing we can say is gonna change anything now
I'll be leaving in the morning from Saint Mary's Gate
We wouldn't change this thing even if we could somehow

'Cause the darkness of this house has got the best of us
There's a darkness in this town that's got us too
But they can't touch me now and you can't touch me now
They ain't gonna to me what I watched them do to you

So say goodbye, it's Independence Day
It's Independence Day all down the line
Just say goodbye, it's Independence Day
It's Independence Day this time


Now I don't know what it always was with us
We chose the words and, yeah, we drew the lines
There was just no way this house could hold the two of us
I guess that we were just too much of the same kind

Well say goodbye, it's Independence Day
It's Independence Day, all boys must run away
So say goodbye, it's Independence Day
All men must make their way come Independence Day


Now the rooms are all empty down at Frankie's joint
And the highway, she's deserted clear down to Breaker's Point
There's a lot of people leaving town now, leaving their friends, their homes
At night they walk that dark and dusty highway all alone

Well, Papa go to bed now it's getting late
Nothing we can say can change anything now
Because there's just different people coming down here now and they see things in different ways
And soon everything we've known will just be swept away

So say goodbye, it's Independence Day
Papa, now I know the things you wanted that you could not say
But won't you just say goodbye, it's Independence Day
I swear I never meant to take those things away

****


Papa, va te coucher maintenant, il se fait tard
Rien de ce que nous pouvons dire n'y changera quoi que ce soit désormais
Je partirai dans la matinée de la porte Saint Mary
Nous ne changerions rien à cette situation même si nous le pouvions

Parce que l'obscurité de cette maison a eu raison de nous
Il y a une obscurité dans cette ville qui a eu raison de nous également
Mais ils ne peuvent m'atteindre aujourd'hui et tu ne peux m'atteindre aujourd'hui
Ils ne me feront pas à moi ce que je les ai vu te faire à toi

Alors disons-nous au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
C'est le Jour de l'Indépendance sur toute la ligne
Disons-nous simplement au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
C'est le Jour de l'Indépendance cette fois


Je ne sais pas ce qu'il y a toujours eu entre nous
Nous avons choisi les mots et nous avons fixé les limites
Il nous était vraiment impossible de vivre ensemble sous ce même toit
Je suppose que nous étions juste d'une nature beaucoup trop semblable

Alors disons-nous au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
C'est le Jour de l'Indépendance, tous les garçons doivent s'enfuir
Disons-nous simplement au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
Tous les hommes doivent suivre leur route quand vient le Jour de l'Indépendance


Aujourd'hui toutes les chambres sont vides chez Frankie
Et la route, elle est déserte jusqu'à Breaker's Point
Il y a beaucoup de gens qui quittent la ville à présent, qui quittent leurs amis, leur maison
La nuit, ils arpentent seuls cette route sombre et poussiéreuse

Alors papa, va te coucher maintenant, il se fait tard
Rien de ce que nous pouvons dire peut changer quoi que ce soit désormais
Parce qu'il y a des gens différents qui viennent ici maintenant et ils voient les choses à leur façon
Et bientôt tout ce que nous avons connu sera balayé

Alors disons-nous au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
Papa, je sais maintenant les choses que tu voulais et que tu ne pouvais exprimer
Mais ne veux-tu pas simplement dire au revoir, c'est le Jour de l'Indépendance
Je jure que je n'ai jamais voulu te prendre ces choses-là

****

NOTES

La version studio de Independence day a été enregistrée le 29 mai et le 11 octobre 1979 au studio Power Station, à New York City, et retravaillée le 24 et 25 avril 1980.

****

"J'ai grandi dans cette petite ville à environ 40 miles de New York City. Mais quand vous êtes originaire d'une petite ville... je me souviens qu'en grandissant, il me semblait que New York était à des milliers de kilomètres (...) Je me souviens que mon père était né dans cette ville qu'il n'avait quitté qu'à une seule reprise, quand il est parti pour la 2nde Guerre Mondiale. Il est revenu, a épousé ma mère, et il a pris ses responsabilités en tant que mari et père. Il était encore très jeune. Et je me souviens que, tout le temps, nous habitions cette maison, et nous avions nos disputes. Il était à peine un peu plus âgé que moi aujourd'hui, il était encore jeune. Mais il avait renoncé à beaucoup de choses, et il avait été déçu un tas de fois. Et tous les jours, je le regardais se lever pour aller travailler et il rentrait à la maison, et il s'asseyait dans la cuisine. Il ne m'adressait jamais la parole jusqu'à ce qu'il ait un peu trop bu. Je me rappelle que le soir il nous criait dessus, et le lendemain, il nous emmenait en balade et nous achetait quelque chose pour se faire pardonner. En grandissant ainsi, vous regardez autour de vous, et vous avez peur, et c'est peut être une bonne chose. Quand j'étais jeune, j'avais vraiment peur de finir de cette façon-là. C'était comme si les gens devenaient fous, perdaient la conviction que si vous sortiez d'ici, il y avait d'autres horizons. Personne ne peut vous garantir quoi que ce soit et personne ne peut vous promettre quoi que ce soit, mais vous avez eu des occasions. Quand j'étais jeune, j'ai décidé que je n'allais pas laisser passer cette occasion-là. Alors, ne laissez pas passer la vôtre, d'accord ?" (Uniondale, 29.12.1980)

****

INDEPENDENCE DAY


Lu 1470 fois