Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Par Barack Obama



****

Par Barack Obama
Enfin, nous honorons le gamin tranquille du New Jersey... qui a grandi pour devenir le lauréat du rock & roll de sa génération. Car dans l'histoire de notre pays seule une poignée de personnes ont exploité le pouvoir total de la musique pour raconter la véritable histoire américaine - avec honnêteté, du fond du cœur. Et l'une de ces personnes est Bruce Springsteen.

Il dit: "J'ai toujours cru que les gens écoutaient ma musique, non pas pour découvrir des choses sur moi-même, mais pour découvrir des choses sur eux-mêmes". Et pendant plus de trois décennies, dans ses chansons - de rêves et de désespoir, de lutte et d'espoir - des gens travaillant dur s'y sont reconnus.

Ils ont vu leur grand État du New Jersey. Et ils ont vu leur Amérique - dans des chansons qui sont devenues des hymnes. Des gosses impatients qui étaient nés pour courir (Born To Run). Les luttes d'ouvriers dans leur ville natale (My Hometown). Les sacrifices des vétérans qui étaient nés aux États-Unis (Born In The U.S.A.). L'amour et la perte dans les rues de Philadelphie (Streets of Philadelphia). Une nation déterminée dans l'Ascension (The Rising). Et cette année, un pays qui travaille à un rêve (Working On A Dream).

Ce n'est pas étonnant que ses tournées ne soient pas uniquement des concerts, mais des communions. Il y a une place pour tout le monde - ce sentiment que, qui que vous soyez ou quoi que vous fassiez, tout le monde a le droit de tenter sa chance pour atteindre le rêve américain, tout le monde mérite un peu de dignité, tout le monde mérite d'être entendu.

Moi-même, j'en ai été témoin. Bruce était un grand fan - un grand ami au cours de l'année passée - et quand je l'ai regardé sur les marches du Lincoln Memorial alors qu'il jouait sur le National Mall avant mon investiture, j'ai pensé qu'il saisissait, aussi bien que toutes autres choses, l'esprit de ce que l'Amérique devrait être. Un jour comme celui-là, et aujourd'hui, je m'en souviens: je suis le Président, mais c'est lui le Patron.

Et Bruce continue d'être une source d'inspiration, accompagné de son E Street Band qui fait "bouger les murs, trembler la terre". A 60 ans, il remplit encore les stades, il entraîne encore les fans dans une telle frénésie, il surfe encore sur la foule, il saute encore sur des pianos, et il touche encore de nouveaux fans, et il est encore nominé aux Grammys.

La route a été longue depuis cette scène du Stone Pony à Asbury Park, jusqu'à cette scène aujourd'hui, mais nous savons bien - après plus de 30 ans et 120 millions d'albums vendus - que Bruce Springsteen est toujours un "vieux, qui se la joue cool" (1).

****

Ce discours du président des États-Unis d'Amérique a été prononcé à la Maison-Blanche à Washington DC, le 06 décembre 2009, dans le cadre des 32ème Kennedy Center Honors.

****

NOTES

(1) "I'm a cool rocking Daddy in the USA" est une expression qui apparaît dans la chanson Born In The U.S.A.


Lu 1923 fois