Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

SLEEPY JOE'S CAFÉ

LE CAFÉ DE SLEEPY JOE



05_sleepy_joe__s_cafe.mp3 05 Sleepy Joe's Café.mp3  (7.42 Mo)

There's a place out on the highway 'cross the San Bernardino line
Where the truckers and the bikers gather every night at the same time
At seven the band comes in and locals dance the night away
At Sleepy Joe's Café

I drive on down from the big town Friday when the clock strikes five
As the red sun sets in the ocean, I start to come alive
Summer girls in the parking lot slap on their makeup and they flirt the night away
At Sleepy Joe's Café

Joe came home in '45 and took out a G.I. loan
On a sleepy little spot and Army cook could call his own
He married May, the highway come in and they woke up to find
They were sitting on top of a pretty little gold mine

Saturday night the lights are bright as the folks pour in from town
Joe keeps the blues playin', at the bar May lays the beers down
I come through the door and feel the workweek slip away
See you out on the floor and Monday morning is a million miles away
At Sleepy Joe's Café
At Sleepy Joe's Café
At Sleepy Joe's Café

****

Il y a un endroit en bordure de la route qui traverse San Bernardino (1)
Où les camionneurs et les motards se retrouvent chaque soir au même moment
À sept heures, le groupe entre en scène et les gens du coin dansent la nuit entière
Au Café de Sleepy Joe

Le vendredi, lorsque l'horloge sonne cinq heures, je quitte la grande ville
Tandis que le soleil rouge se couche dans l'océan, je commence à prendre vie
Les filles de l’été se maquillent sur le parking et elles flirtent la nuit entière
Au Café de Sleepy Joe

Joe est rentré à la maison en '45 et a contracté un emprunt pour militaires
Sur un petit coin tranquille, et le cuisinier de l’Armée a pu se l'approprier
Il a épousé May, la route est arrivée et ils se sont réveillés un matin
En découvrant qu’ils étaient assis sur une jolie petite mine d'or

Le samedi soir, les lumières brillent tandis que les gens affluent de la ville
Joe continue de jouer du blues, derrière le comptoir May aligne les bières
Je franchis la porte, et je sens s'évanouir ma semaine de labeur
On se rejoint sur la piste, et lundi matin se trouve être à des années-lumière
Au Café de Sleepy Joe
Au Café de Sleepy Joe
Au Café de Sleepy Joe

****

NOTES

(1) San Bernardino est une ville de l'État de Californie, sur l'historique Route 66.

****

"C'était un secret pendant cinq ans, je ne savais même pas si le disque allait sortir. Nous avons enregistré, puis il est parti deux ans en tournée, puis il a fait le spectacle de Broadway pendant deux ans. Il est occupé comme personne d'autre, et je me suis dit que, peut-être, le disque ne sortirait jamais (...) Bruce était en tournée et revenait pendant les jours de congé, et il vérifiait la progression des chansons. Apparemment, pour la plupart des chansons de cet album, il les chantait avec une guitare acoustique, puis repartait en tournée, et Ron (Aniello) construisait autour. A chaque fois que Bruce revenait, il vérifiait ce qui était fait sur telle ou telle chanson. Je n'avais encore jamais entendu la chanson sur laquelle je devais jouer, et nous devions l'écouter, et puis je lève les yeux et il entre dans le studio. Et, de toute évidence, il ne sait pas qui je suis. Et je ne sais même pas si quelqu'un lui a dit. Et ils me présentent, "Voici Gunnar". Et il s'assoit derrière la console, et il dit, "Je veux entendre la chanson sur laquelle vous étiez en train de travailler". Je suis donc assis là, maladroit, j'ai l'impression que je ne devrais pas être là. Parce qu'on n'écoute même pas ce que je viens de jouer au final, il veut écouter une autre chanson (...) Puis, il dit, "Fais écouter la chanson" - je ne me souviens plus de son nom. "Joue la version avec Matt Chamberlain". Je suis donc assis là à écouter une chanson de Bruce Springsteen, avec Matt Chamberlain à la batterie (...) Et j'écoute et j'aime la chanson, et Matt sonne magnifiquement. La chanson se termine et le producteur dit, "Ok, écoutons la version avec Steve Jordan". C'est donc la même chanson, avec Steve Jordan à la batterie. Et je me dit, "C'est vraiment un jour complètement dingue", assis là dans le studio de Bruce. Et il écoute, et les versions sont très différentes, Matt sonne comme Matt, et Steve fait quelque chose d'inspiration un peu plus latine. Il s'agissait de deux prises complètement différentes, mais aucune n'était meilleure que l'autre. Juste deux options. Et je regarde Bruce qui ferme les yeux et écoute, qui fait quelques commentaires, et il me regarde, et me dit, "Tu veux essayer ?". Je lui dis, "Quoi ?". "Oui, vas-y, apporte-moi une autre option". Une troisième option. N'oubliez pas que je n'avais entendu la chanson que deux fois. Je me remets alors derrière la batterie, alors que je n'avais joué pour l'instant qu'une prise d'une autre chanson (...) Et les autres versions ne sont pas mauvaises, mais il veut juste une autre idée. Et je joue ma version de manière classique, sans trop m'éloigner. On l'a écoutée, et une nouvelle fois, il ferme les yeux, et je le vois faire des petits mouvements dans l'air par instants (...) Il ne me dit rien, je regarde ses mains, et on fait une autre prise. Et il aime. Il me dit, "Elle sonne bien". "Qu'est-ce que vous faisiez avant ?" Et on se met à écouter la première prise de la première chanson que j'avais joué, et que je n'avais pas encore entendu. Il dit, "C'est bon, c'est bon" Et à la fin de la journée, j'avais joué sur quatre chansons. Il a aimé ce que j'ai fait. Je n'ai pas été meilleur que Matt Chamberlain ou Steve Jordan, j'étais au bon endroit au bon moment et je lui ai donné ce dont il avait besoin (...) La chanson dont on parle est en fait Sleepy Joe’s Cafe, sur laquelle vous pouvez m'entendre jouer de la batterie, et qui se trouve sur l'album Western Stars" (Gunnar Olsen, Drumeo, juillet 2019)

****

SLEEPY JOE'S CAFÉ


Lu 98 fois