Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Newark, NJ, 04 mai 2008



Bruce Springsteen, qui a grandi à Freehold et qui vit à présent à Rumson, dans le New Jersey, a été célébré le 04 mai 2008 lors de la première cérémonie du New Jersey Hall of Fame, en compagnie d'autres célébrités également originaires du Garden State, tels que Frank Sinatra, Thomas Edison, Buzz Aldrin ou Toni Morrison. Voici son discours d'intronisation.

****

Newark, NJ, 04 mai 2008
"Au début, quand j'ai reçu la lettre pour mon incorporation dans le New Jersey Hall of Fame, j'ai eu un léger doute. Est-ce que New York a son Hall of Fame ? Est-ce que le Connecticut a son Hall of Fame ? Je veux dire, peut-être pensent-ils qu'ils n'en en ont pas besoin d'un.

Mais j'ai parcouru la liste des noms: Albert Einstein, Bruce Springsteen... ma mère va vraiment aimer cette partie-là. Elle est là ce soir. C'est son anniversaire et c'est la seule fois où elle entendra ces deux noms mentionnés dans la même phrase, donc je vais en profiter.

Quand j'enregistrais mon premier album, la maison de disques a dépensé énormément d'argent en prenant des photos de moi à New York. Mais... quelque chose clochait. Ainsi, un jour que je marchais sur le boardwalk (1), je me suis arrêté devant un magasin de souvenirs et j'ai acheté une carte postale disant "Bienvenue à Asbury Park". Je me souviens avoir pensé, "Oui, c'est moi". Au sud, il y avait Patti Smith. Et au nord, ici même à Newark, il y avait George Clinton et les Parliament-Funkadelic.

A l'exception de quelques demi-années en Californie, ma famille et moi avons élevé nos enfants ici. Nous avons une grande famille italo-irlandaise. J'ai trouvé ma propre Jersey Girl ici à Asbury Park. J'ai toujours trouvé quelque chose qui résonnait profondément en moi, comme tenir la main de mes enfants dans les mêmes rues où ma mère m'avait tenu la main, comme nager dans le même océan et les emmener visiter les mêmes plages que je visitais dans mon enfance. C'est également un endroit qui m'a véritablement protégé. Qui a été très rassurant. Je pouvais emmener mes enfants à Freehold, les porter sur mes épaules et marcher dans la rue avec des milliers d'autres gens lors des festivités des 'Kruise Nights', avec tout le monde me disant simplement "Hé, Bruce..." C'était quelque chose d'important à mes yeux, cette possibilité de simplement vivre ma vie. Je l'ai vraiment apprécié.

Ainsi, vous devenez un peu plus vieux et quand un de ces jours frais arrivent à l'automne en septembre et en octobre, mes amis et moi, nous nous glissons dans l'eau fraîche de l'Océan Atlantique. Nous remarquons qu'au fil des années, il y a quelques amis en moins qui nagent à nos côtés. Mais avec cette idée d'être dans un seul endroit toute votre vie, ils restent toujours autour de vous dans l'eau. Je regarde vers la plage et je vois mes deux fils et ma fille avancer avec difficulté à travers les vagues. Et sur la plage il y a tout un groupe de nouveaux jeunes enfants qui s'enfuient en courant à l'approche des grosses vagues, comme le temps lui même.

C'est ce que le New Jersey est pour moi. C'est simplement un reposoir de mon temps sur terre. Ma mémoire, la musique que j'ai faite, les amitiés, ma vie... tout est enterré ici dans une boite, quelque part dans le sable, sur la côte centrale du New Jersey. Je ne peux imaginer les choses autrement.

Alors laissez-moi finir par une bénédiction du Garden State. Levez-vous, mes compagnons du New Jersey, car nous sommes tous membres d'une race désorientée mais noble. Nous, de cet état qui ne sera jamais respecté. Nous, qui portons cruellement le fait d'être pour toujours peu sympathiques. Un complexe d'infériorité avec toujours quelque chose à prouver. Et même avec ce magnifique bâtiment du Hall of Fame, nous savons que pas très loin d'ici, une autre mauvaise blague circule sur le New Jersey.

Mais n'ayez crainte ! Ce n'est pas notre malédiction. C'est notre bénédiction. Car c'est ce qui nous a infusé notre esprit de combattant. C'est ce qui nous permet de saluer le monde pour toujours grâce à notre oiseau du New Jersey (2) (il lève son majeur) et qui permet aux fumées d'usines de notre grande zone industrielle au nord jusqu'aux brises de l'océan du Cape May, de nous donner cet immense appétit, cette simple ambition et ce désir de non seulement faire de notre mieux, mais de vous en mettre plein la vue. La théorie de la relativité, quelqu'un connait ? Et si l'électricité illuminait votre journée ? Ou peut-être un aller-retour sur la Lune ? Et c'est la raison pour laquelle nos concitoyens américains dans les 49 autres états savent que quand le présentateur annonce "Et maintenant, dans ce coin du New Jersey..." Ils feraient mieux de garder les bras levés et la tête basse, parce que quand cette cloche sonne, nous débarquons toujours tel un raz-de-marée.

Que Dieu bénisse le Garden State".

Newark, NJ, 04 mai 2008

****

NOTES

(1) Le boardwalk est une promenade en bois qui représente le bord de mer d'Asbury Park, New Jersey.

(2) "That we may salute the world forever with the Jersey state bird..." est un jeu de mot qui combine le "flipping bird", un doigt d'honneur (d'où le geste de Springsteen) et le chardonneret ("goldfinch"), l'oiseau emblématique du New Jersey.


Lu 662 fois