Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Rolling Stone, 05 février 2009

Bring It All Back Home



****

Rolling Stone, 05 février 2009
Van Zandt s'attribue le mérite d'avoir attribué le fameux surnom de Springsteen. "Dans notre quartier, j'étais le boss" dit Van Zandt, qui a joué avec lui dans de nombreux groupes de rock de la côte du New Jersey, avant le E Street Band, et avec qui il a partagé un appartement pendant un certain temps. "Mais quand j'ai commencé à l'appeler le Boss, les gens ont remarqué". Depuis le début, Van Zandt répète, "Springsteen avait son regard tourné vers l'histoire. Il était comme, 'Ce bateau est en marche. Es-tu à bord ou non ?' ".

Springsteen n'est pas le leader de groupe qu'il était dans les clubs, comme le Student Prince à Asbury Park, ou même quand il a été promu dans les stades au milieu des années 80. "S'il y a une chose qu'il est devenu, c'est qu'il est plus magistral" affirme Bittan. "N'oublions pas qu'il chante, joue de la guitare, saute dans tous les sens, anime le public, joue avec les caméras, dirige le groupe. C'est jongler avec beaucoup de choses en même temps - et faire en sorte de rester naturel en le faisant".

Basé sur la façon dont les membres du E Street Band décrivent sa méthode de commandement, Springsteen est le leader de groupe de rock le moins verbal et le plus direct. "Il ne s'assoit pas pour vous dire de ce qu'il attend de vous" dit Clemons. "Il sait, en tant que musicien, ce qu'il va obtenir de chacun. Ensuite, nous nous mettons en accord avec ses attentes".

L'indication la plus explicite que Weinberg ait jamais reçue date du tout début où il a rejoint le E Street Band. "Il y a ce truc sur les batteurs - on les surnomme les aboyeurs hautains" explique Weinberg, "ce son psst, psst. Bruce disait, 'J'aime ça. Alors j'en faisais des tas". Mais il n'y avait aucune indication de la part de Springsteen quand Weinberg entama, en studio, ce roulement titanesque à la fin de Born In The U.S.A. "C'était complètement viscéral. C'est ce que j'essaye de faire - m'accrocher à quoi que ce soit que Bruce peut ressentir et lui donner ce qu'il veut, ma façon de le faire".

En tant que patron de groupe, Springsteen ressemble beaucoup à Neil Young, selon Lofgren, qui a joué et enregistré avec Young périodiquement depuis le début des années 70. "Ils sont très en retrait, par rapport à ce que tu fais, tant que c'est juste" dit Lofgren. "Neil aime être vague, prendre plus de risques. Mais en général, le message est, perdez-vous dans la musique. Restez perdu jusqu'à ce que vous émergiez à la fin du concert. Mais préparez-vous suffisamment pour que votre instinct reflète la vision du leader de groupe".

Pour Springsteen, cela inclut à présent une urgence - faire plus vite - ce qui, il l'admet, est très différent du perfectionnisme de sa jeunesse: "Patti me le disait - 'Tu es dans un état obsessionnel, tu cours comme un fou pour t'éloigner de, laissez-moi réfléchir, loin de la mort elle-même ?' ". Springsteen hurle avec joie. "C'est assez marrant à dire. Mais j'ai une date butoir ! Et ce feu que je ressens en moi et dans le groupe - c'est une chose très agréable. Il porte en lui un élément de désespoir. Il porte aussi en lui un élément de reconnaissance".

"Nous sommes perchés sur un endroit où nous voulons continuer - dans l'excellence" dit fièrement Springsteen. "C'est notre but. Tout le reste du truc - nous allons le résoudre".

Quelques minutes plus tard, il se lève et cours chez lui pour aller prendre cette cassette des Castiles.

****

Photographies Albert Watson

Lien Rolling Stone

1 2 3 4



Lu 2535 fois