Bruce Springsteen
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

The Aquarian Weekly, 11 octobre 1978

Le Retour de l’enfant du pays



The Aquarian Weekly, 11 octobre 1978
Revenons à Asbury, je suggère.

Demandant à Bruce s'il m'emmènerait sur le site du vieil Upstage où il monopolisait l'attention presque chaque soir, il accepte gentiment et nous descendons à nouveau de la voiture dans ce qui pourrait être nommé centre-ville d'Asbury.

"Faut que je reste sympa" rigole Bruce. "Je suis parti d'ici sans payer le loyer".

Nous nous dirigeons vers l’endroit, qui se trouve au-dessus d'un magasin de chaussures.

"J'ai vécu ici pendant que Greetings From Asbury Park était enregistré. Je dormais dans mon sac de couchage, à même le sol de chez mon pote, pendant une bonne partie de l'album".

Bruce pose pour des photos alors que des gens passent à droite et à gauche. Assez surprenant, personne ne le reconnaît (ou si c'est le cas, ils continuent de marcher).

"J’ai de la chance à ce niveau-là. Ce qui s'est passé au cinéma l'autre soir est assez rare. Normalement, on ne me reconnaît pas. Je n'ai pas ce trait caractéristique reconnaissable que beaucoup de gens ont".

Oui, comme les cheveux de Frampton, je réponds.

"Mes parents avaient déjà déménagé en Californie" se souvient Bruce, "et j'avais quitté le lycée quand je suis arrivé à Asbury.

"Pour nous, Asbury était un endroit fantastique pour jouer. Nous avons joué là un nombre de fois incalculable".

En réponse à des questions sur son avenir immédiat, Bruce dit, "J'ai encore une journée de repos avant de terminer cette tournée. Puis, j'ai un mois complet de repos avant qu’on recommence à nouveau. En février, nous retournons en studio pour travailler sur le nouvel album. J’espère qu'il sortira avant l'été prochain".

Juste pour information, la tournée s'achève officiellement à Atlanta le 1er octobre. Elle a commencé à Buffalo le 23 mai. La nouvelle tournée débute (peut-être dans le New Jersey) le 1er novembre et se termine le 20 décembre. Si le temps qu'il a fallu pour enregistrer Darkness est un indicateur, alors on aura de la chance si l’opus numéro cinq arrive dans les rayons l’été prochain.

La tournée qui vient de se terminer a traversé 70 villes et a représenté 86 spectacles en 4 mois et 8 jours. C'est la raison pour laquelle Bruce doit être étiqueté comme un "type formidable" pour venir bloquer une après-midi sur une de ses rares journées de repos. Une autre chose véritablement impressionnante est qu'il a passé la journée entière sans le berceau protecteur de la présence d'un agent. Rarement ai-je fait une interview sans être accompagné de l’agent de l’artiste.

En parlant du disque actuel, Bruce dit, "Le gars qui a pris le cliché de la pochette de cet album est un de mes amis du sud du New Jersey, qui travaille toute la journée dans un marché de viandes. Les photographies ont été prises chez lui. C'est un grand photographe".

L'unique commentaire de Bruce sur le syndrome de l'auto-destruction (dope-argent-pouvoir) affectant tant de rock stars est que "ils laissent toutes les autres choses devenir plus importantes que la musique. Jouer, c'est ce qui compte. Une fois que vous oubliez ça, vous êtes fichus".

Bruce, manifestement, n'a pas oublié ce précepte. Depuis le début il prend du plaisir avec la musique. Bruce Springsteen est le parfait amalgame entre de nombreux styles - Chuck Berry / Stones / Elvis / Buddy Holly / Dylan / Little Richard / Animals. Son image sur scène est également un amalgame de nombreuses images - Elvis / le jeune Brando / James Dean. En quelque sorte, il combine toutes ces influences en un tableau cohérent pour ses propres compositions, remarquablement originales. L'homme représente tout ce qu'il a musicalement dévoré depuis le début où il a commencé à écouter de la musique, et tout ça transpire de ses pores à chaque fois qu'il monte sur scène. "Cet Elvis, mec" dit Bruce, "il est tout. Il n'y a rien d'autre. Tout commence et se termine avec lui. Il a écrit le livre. Il est tout ce qu’il faut faire et ne pas faire dans ce métier".

Si Elvis est le modèle de Bruce, alors Bruce lui-même, est l’objet de beaucoup d'envie et de spéculation. Nous avons tous le rêve – Bruce y compris – de réussir et de vivre comme des stars. Et bien, Bruce, au moment présent, vit la réalisation ultime de ce rêve. Il l'a réalisé à travers cette connerie inhérente à une telle proposition. Il le vit. Et il le fait avec la manière.

Cependant si vous lui parlez, il est assez humble. Demandez-lui quelle part il a pris dans l'écriture de Because The Night et il vous dira qu'il a juste écrit le titre (bien qu'il admet qu'il mettra probablement la chanson sur son prochain disque).

The Aquarian Weekly, 11 octobre 1978
En le regardant de si près et en l'écoutant parler, on réalise que, bien que non formulée, il y a une certaine aura qui l'entoure. Intangible. Son charisme est le personnage bien endossé du travailleur. Son beau visage pourrait même faire la transition vers l'écran noir en tant que prophète du prolétariat. Ses traits du visage sont durs, même si il y a une certaine sévérité. Vous jureriez qu'il est italien avant qu'on vous parle de ses origines hollandaises.

Son enthousiasme est réel. L'instant où Gary U.S. Bonds est arrivé dans les haut-parleurs de la voiture avec Quarter To Three – c'est à l'instant où Bruce a vraiment commencé à bouger sur la musique. La chanson figure au menu de ses rappels de la plupart de ses spectacles. Il continue d'aimer l'original et continue de chanter dessus quand il se présente.

L'essence du rock & roll peut être condensée dans la performance qu'un type du nom de Bobby Lewis a accomplie sur American Bandstand il y a de nombreuses années. Lewis a joué Tossin' And Turnin' pendant l'émission, a chanté en play-back et a rendu fou le petit studio de télévision avec ses glissades. Le présentateur Dick Clark a fait une chose jamais vue – lui, dans la folie de l'instant, a crié à Lewis de jouer à nouveau la même chanson. L'ingénieur du son recala la bande et Lewis revint sur le plateau et s'arracha complètement cette fois-ci, se tortillant, tournant, donnant tout ce qu'il avait. A ce moment-là, le mouvement de ses lèvres était complètement désynchronisé par rapport au disque qui était joué, mais peu importe. C'était un bout du paradis du rock & roll. Et un morceau, j'en suis sûr, que Bruce Springsteen aurait adoré.

*****

Photographies Lynn Goldsmith

Lien The Aquarian Weekly

1 2 3



Lu 2357 fois